• INTERVIEW DE MEIMI PAR TAKARAZUKA POUR "KYO NO KEIKAN"

    INTERVIEW DE MEIMI PAR TAKARAZUKA POUR "KYO NO KEIKAN"

    Une histoire qui illustre la fortune de Terada Yaotose et son mari qui ont survécus à l'époque turbulente dans laquelle la tempête de la restauration à eu lieu à Kyoto et Fushimi influencée par la turbulence à la fin de la période Edo. Kyô no Keikan a été mit en scène par Meiji-za pour Novembre.

    Tout en laissant la bonté de la scène lors de sa création en 1971, le scénariste / réalisateur Waka Giwefu l'a écrit comme la fin de la période Edo en 2017, un drame riche en humanité avec de la vitesse et du glamour.

    Dans cette pièce, Sakamoto Ryoma et son épouse jouée par Kuroki Hitomi auront une fille adoptive qui sera jouée par Tamura Meimi. Elle est une ancienne membre du groupe ANGERME et continue maintenant sa carrière en tant qu'actrice après avoir été diplômé du groupe, et ce sera sa première apparition sous Meiji-za. Cette interview sera publiée dans le magazine "Eenbu December Issue" le 9 Novembre au matin (Une photo différente sera publiée dans le magazine) où on l'a interrogé au sujet de l'oeuvre, le rôle et le début au début ainsi que l'enthousiasme à parier sur Meiji-sa !

     

    CHÉRISSEZ LE RÔLE DE LA FILLE QUE VOUS VOULEZ FAIRE

    Que pensez-vous de votre travail ? 

    Parce que l'âge à l'arrière-plan durant la période Edo, il y a beaucoup de vraies personnes qui connaissent très bien Sakamoto Ryoma et le Shinsen Gumi, l'endroit est de frapper l'histoire de cette époque, Hitomi Kuroki (Terada Yaotose) sur le chemin de la logeuse, l'époque était à l'étroit avec quelque chose sur la façon de vivre des femmes. Je pensais que c'était très agréable d'être une femme de l'histoire.

    Au milieu de tout ça, le rôle d'une femme bien connue dans le monde en tant qu'épouse de Ryoma Sakamoto, pourquoi ne pas travailler ?

    C'est une vraie femme qui est jouée par de nombreuses actrices, et il y a une pression honnête aussi parce que c'est une personne qui a été dessiné de façon diverse dans les film et les dramas etc... J'ai aussi achetée et lu des livres qui ont été écrits sur le Ryô. Je veux prendre soin de chacun des événements qui se passe dans le script et comment elle se sent. Je pense que les gens autour de moi d'abord, parce que c'est une femme qui est toujours attentive et vivante, j'ai pensée qu'il était nécessaire d'exécuter les membres Ryô qui ont sautés directement à la chose que je voulais faire, et ont effectués de manière ordonnée pour transmettre une telle figure au visiteur. Je veux jouer le rôle d'un tel Ryô attentivement.

     

    APPRENDRE BEAUCOUP DE CHOSES SUR L'UNE DES PREMIÈRES PIÈCES JAPONAISE

    Qu'est-ce-qui est amusant durant les répétitions, pensez-vous que c'est difficile ? 

    C'était la première fois pour moi que je met un yukata sur scène, donc c'était ma première expérience à le porter tous les jours. Parce qu'il y a une ceinture, il n'est pas en mesure de se pencher sur le dos de la chaise, et il est nécessaire de toujours garder la posture. J'aime les kimonos et les yukatas, mais parce-que je ne les porte pas sur une base quotidienne, il est très difficile de marcher et de faire des gestes. Il est nécessaire de marcher parfaitement avec un kimono dans le jeu moderne si marcher n'est pas de pouvoir flâner normalement. Cela devient brûlant à l'arrière quand le nerf est là, je dois donc l'exprimer comme un rôle. Maintenant je dois me concentrer sur mes nerfs dans divers endroits, et il est difficile de se déplacer.

    Dans les kimonos et les yukatas, la foulée est complètement différente, et surtout Tamura-san fait de la danse pendant une longue période, et son pied est toujours dans la direction extérieure, alors que pour les japonais c'est toujours vers l'intérieur.

    C'est vrai. À l'origine, j'ai appris que c'était vers l'intérieur lorsque j'étais en 3ème année de l'école primaire, on m'a demandé de d'apprendre la danse et j'étais très consciente de moi-même. Dans cette mesure, il est difficile de mettre son pied vers l'intérieur.

    Je pense qu'il est difficile de se remédier consciemment à ceux qui se sont corrigés pendant de nombreuses années, et aussi dans un court laps de temps il est difficile de se rétablir, et c'est pourquoi c'est un endroit qui est souvent oublié ?

    C'est vraiment parce-que je vois les jeux des ainés tous les jours, il est trop regrettable de cligner des yeux plus longtemps, et j'ai dus l'apprendre par à l'avance tous les jours. Quand je lisais le script, ils me donnaient une expression profonde que je n'avais jamais imaginée, et chaque jour est très excitant parce qu'il représente des points intéressants et des points inspirants de plus en plus.

     

    JE VEUX ÊTRE SUR LA SCÈNE DU THÉÂTRE MEIJI

    Avez-vous eu des conseils par Kuroki Hitomi ?

    J'en ai eu beaucoup. Au début, j'ai été prise à l'image d'un peu plus mature, "c'est bon pour moi d'être plus audacieuse, parce-que je suis une fille de cet âge", et je l'ai exprimée très clairement, et la direction a été la masse entre moi. Je tiens à vous remercier de m'avoir donnée une variétée de conseils.

    Comment est la pièce avec Fujimoto Takahiro-san qui joue Sakamoto Ryoma ?

    Fujimoto-san est vraiment gentil et gentleman. Non seulement pendant les scènes ensemble, mais aussi la scène que je suis venu voir l'autre, «ici est très bon», et de mettre le mot. Parce qu'il était fort pour nager, je pensais que c'était déjà Sakamoto Ryoma à partir du moment où la réunion a été faîte pour la première fois.

    Qu'en est-il de la production de Waka Giwefu-san ?

    En fait, il est facile à comprendre parce que le Giwefu-san s'est déplacé et la direction est appliquée, et l'instruction précise est donnée. Le reste de la journée c'est une voix amicale. Giwefu-san, Kuroki-san et Toshio Kakehi-san deviennent les centres, et va adoucir à la place, je suis heureuse de pouvoir pratiquer dans une très bonne ambiance.

    Comment vous sentez-vous quand vous apparaissez dans l'ancien grand théâtre appelé Meiji-za ?

    Quand le rideau de cette scène s'ouvre, je n'ai que 19 ans. Je pense que c'est un miracle que je me dresse sur la scène du théâtre historique Meiji à cet âge, et ayant été en mesure de faire une telle charge. C'est pourquoi je veux jouer dur pour ne pas avoir honte de ça et de pouvoir me dire un jour que je suis heureuse d'être de retour sur la scène Meiji. Et, je pense que cela va devenir une œuvre que je ne vais pas oubliée personnellement pendant une longue période. Chaque personnage est attrayant, et chaque scène est un grand morceau, alors s'il vous plaît venez au théâtre Meiji pour regarder "Kuô no Keikan" !

    INTERVIEW DE MEIMI PAR TAKARAZUKA POUR "KYO NO KEIKAN"


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :